Pratiques festives


Articles

  • « Qu’est-ce qu’une fête réussie ? », Enquête sur les facteurs sociaux de régulation des consommations d’alcool

    Un article de Christophe Moreau, Christophe Pecqueur et Gilles Droniou (sociologues à Jeudevi) a été publié dans les Cahiers de l’IREB n°20. Cet article présente les résultats de plusieurs enquêtes sociologiques qui se sont intéressées à des codages sociaux qui encadrent la consommation d'alcool durant les pratiques festives. Après une phase d'enquêtes qualitatives en «soirées étudiantes en appartement", puis sur «le rôle des professionnels des établissements de nuit", quelques hypothèses ont été vérifiées par un questionnaire adressé à un échantillon de 920 personnes. Les auteurs montrent que les pratiques festives relèvent d’une forte dimension relationnelle, où le groupe lui-même se célèbre et où l'on exerce sa capacité d'être soi-même et de construire des relations aux autres. Même si la fête se traduit par vivre des émotions fortes, elle constitue surtout un cadre de contrôle collectif où les comportements sont contrôlés et les excès amortis. La dimension dionysiaque de la fête, son rôle transgressif, ses dimensions carnavalesques et vertigineuses se rapportent…

    TéléchargerImprimer
  • La fête réussie

    Dans l’optique de préparer le deuxième colloque d’Adrénaline (pour plus d'informations, consultez le site de l'association Adrénaline), l’équipe de Jeudevi a mené une enquête sur la « fête réussie ».  Objectifs : Comprendre le vécu des populations lors des pratiques festives Recueillir une parole spontanée à travers de nombreuses questions ouvertes Observer les écarts entre les âges, les genres, les origines culturelles, les niveaux de revenus… Comprendre les relations sociales autour des fêtes Décrypter le vécu émotionnel autour des fêtes et les facteurs de régulation des excès   Hypothèses : Banalisation de l’esprit festif et perte du caractère exceptionnel de la rencontre festive qui, du coup, devient un simple moment de loisirs… La fête se vide de son contenu social (cérémonie, alliances, visibilité) au profit d’un contenu plus corporel (liesse, émotions, ingestion) L’ivresse excessive est un refuge contre l’ennui ; il y a moins d’ivresse excessive quand la soirée a un contenu fort. Les jeunes boivent plus pour se désinhiber…

  • Article de Christophe Moreau dans la revue Pensée Plurielle

    Un article de Christophe Moreau, intitulé « Jeunesses urbaines et défonces tranquilles, Évolution anthropologique de la fête et quête d’identité chez nos jeunes contemporains » est disponible dans le numéro 23 (daté de 2010) de la revue Pensée Plurielle   Résumé de l’article Cet article explore deux registres de causalité qui peuvent éclairer les conduites d’excès des jeunes générations : d’une part, il fait état de l’allongement de la jeunesse, des mutations identitaires et du déficit de ritualisation qui ne permet plus d’entendre les langages traditionnels du corps et d’agréger les jeunes générations au monde adulte. D’autre part, il s’intéresse aux mutations profondes qui affectent la fonction sociale de la fête : affaiblissement des pratiques cérémonielles, perte de sens des dynamiques émotionnelles, moindre vocation matrimoniale, marchandisation de l’urbain… Finalement, on pose que les facteurs identitaires, relationnels, et la capacité à réguler les émotions sont au cœur du mécanisme des « consommations festives », et une typologie est proposée pour dissocier…